1 octobre 2021

En Martinique, quelles solutions existent pour accompagner les seniors ?

En Martinique, la part des 60 ans et plus aura plus que doublé entre 2013 et 2030, passant de 17 % à 36 %. D’ici à 2050, la Martinique devrait devenir le département le plus vieux de France avec 42,3 % de la population qui aura plus de 65 ans. *

Face au “Papy Boom” constaté en France Métropolitaine comme dans les DOM-TOM, de nombreuses problématiques s’imposent dans la société française. Compte tenu du contexte démographique, elles existent et existeront davantage encore en Martinique dans les prochaines années.

Comment prendre soin de ce public fragile qui souhaite à tout prix, rester le plus longtemps possible à son domicile ? Et comment accompagner et rassurer les aidant(e)s, soumis à de nouvelles responsabilités ? Pour aller plus loin, quelles solutions s’offrent aux seniors d’aujourd’hui et de demain, pour bien vieillir en Martinique dans les prochaines décennies ?

 Améliorer les conditions de vie à domicile


En métropole, depuis plusieurs années, plusieurs sondages estiment que 80 à 90 % des Français souhaitent vieillir chez eux le plus longtemps possible (source : Ifop) C’est également le cas au sein des DOM-TOM, qui s’appuient sur l’entraide familiale et le recours aux aides à domicile pour rendre possible le maintien à domicile des aînés.

À travers cette population, environ 97 % des personnes âgées de plus de 65 ans, vivent à domicile en Martinique, contre 94 % en France hexagonale**. Ces chiffres révèlent que ce public est nombreux, d’où l’importance d’y apporter des solutions en adéquation avec leur besoin, étant principalement de rester chez soi.

Martinique : le domicile un repère essentiel pour les seniors

Pour permettre aux seniors de rester chez eux, l’approche doit être globale. Il faut adapter le domicile et accompagner la personne. Aménager le logement , c’est aussi y apporter des changements simples, comme enlever un tapis ou déplacer un meuble, que de remplacer une baignoire par une douche ou domotiser son logement. Prendre soin de la personne, c’est l’aider dans son quotidien. Sans forcément faire des choses à sa place, mais plutôt avec elle. C’est le rôle essentiel des aidants familiaux, mais aussi des aides à domicile.

Pour les Martiniquais, s’occuper de ses proches, même à des âges très avancés, est inscrit depuis plusieurs décennies, dans les mœurs. Beaucoup d’entre eux ne se rendent pas compte de leur rôle d’aidant au quotidien.Pour autant, les contraintes économiques, force cette population à privilégier le maintien à domicile du proche âgé contrairement à un parcours résidentiel de type EHPAD, qui se révèle coûteux pour ces personnes.En Martinique, des associations ou des entreprises de services à la personne se sont développées pour faire du domicile un lieu plus confortable, plus sûr, grâce à un accompagnement humain de proximité, avec le soutien d’acteurs « multi-tâches » notamment : les infirmiers.

Aujourd’hui, comme c’est déjà le cas en France hexagonale, l’usage d’innovations technologiques et l’appui de plateforme d’écoute et d’assistance jour et nuit, peuvent être la clé d’un soutien à domicile renforcé. En Martinique, cela peut encore être renforcé et amélioré. Des entreprises d’aides à domicile, comme Senior Caraïbes  ou Senior Compagnie , ont ainsi fait le choix d’élargir leur offre de services en proposant des solutions de téléassistance.

Faciliter l’accès aux services de téléassistance et aux innovations technologiques

Elles apportent une sécurité aux seniors, mais aussi une tranquillité d’esprit aux aidants. Certains services sont adaptés aux personnes les plus dépendantes, atteintes de la maladie d’Alzheimer par exemple, en permettant de continuer à sortir de leur domicile en pouvant être géolocalisés à tout instant. Une offre d’autant plus précieuse que le nombre de cas d’Alzheimer en Martinique est préoccupant, avec environ 500 nouveaux cas chaque année. ***

D’autres sont destinés aux personnes plus mobiles ou simplement dites “casanières” : bracelet d’appel, lunettes connectées, système de détection de chutes.Renseignez-vous auprès des spécialistes de l’aide à domicile près de chez vous. Ils vous aiguilleront vers le service de téléassistance le plus adapté à vous ou votre proche.

Pourtant, face à ces technologies innovantes, certains peuvent rencontrer des freins en termes de coût et de complexité de ces services. C’est pourquoi, des solutions reconnus comme SAP (services à la personne) ainsi que des solutions technologiques discrètes, et simples d’utilisation ont été conçus pour répondre à cette problématique.

 Développer des offres d’habitat inclusif en Martinique


En Martinique, l’offre sociale et médico-sociale destinée aux personnes âgées repose majoritairement sur l’emploi direct à domicile ainsi que sur les infirmiers. Celles-ci se verraient fragiliser, faute de diversité, car elle ne répond pas forcément de manière optimale à l’ensemble des besoins du public âgé. L’affaiblissement de l’aide familiale, pourrait également impacter l’emploi direct à domicile. **

Au cours des prochaines années, voire même d’ici 2030, la population martiniquaise vivra de plus en plus longtemps. Des situations de dépendance à domicile, d’isolement social accru voir précoce ainsi qu’un l’affaiblissement de l’aide familiale vont s’accentuer au fur et à mesure des années.

Pour cela, des solutions d’hébergements intermédiaires voient le jour, afin de proposer différentes offres médicalisées tout en favorisant la prise en charge de ces personnes âgées dépendantes.

 Créer des types d’hébergement adaptés aux envies des seniors

La prochaine génération de personnes âgées sera celle du “baby-boom”. Celle-ci privilégiera également, de rester vivre chez elle, avec des envies et besoins différents de la génération précédente. Parmi ces besoins, l’isolement social sera une des premières problématiques à laquelle cette génération ne souhaitera pas être confrontée. Nombreux seront ceux qui se tournerons vers des solutions de logements adaptés ou d’hébergements intermédiaires.

Parmi ces types d’hébergements, appelés également “habitat inclusif” on y retrouve :

  • Les Résidences service seniors : conçues pour des personnes âgées autonomes seules ou en couple qui ne peuvent plus ou ne veulent plus vivre à leur domicile. Ces ensembles de logements sont privatifs et associés à des services collectifs.

  • Les béguinages : constitués principalement de logements complets autonomes, avec des espaces de vies partagés. Chaque résident contribue à la vie et à l’animation du lieu d’habitation.

  • Les habitats participatifs : considérés comme des copropriétés réunissant moins de 12 résidents, pouvant bénéficier d’espaces privatifs allant du T1 au T3.

  • Les habitats partagés accompagnés : s’organisent sous forme de colocations entre adultes dépendants, où selon le niveau de dépendance, chaque résident participe aux tâches du foyer. La maison dispose de lieux de vie communs tout en ayant un espace privatif. Une gouvernante est présente pour veiller au bien-être de chacun.

  • Les colocations intergénérationnelles : ces types d’habitats sont basés sur la colocation entre deux générations. Il existe l’habitat Kangourou : un senior qui accueille au sein de son logement, un habitant plus jeune contre un loyer modéré ou en échange de services. Puis la colocation groupée intergénérationnelle quand elle, réunit de jeunes locataires et personnes âgées autonomes.****

Martinique : Faire des EHPAD des lieux de vie ouverts

Comme l’a indiqué l’entreprise Alogia (voir ci-dessous) dans son étude sur la transition démographique en Martinique*, il est temps de proposer des alternatives au « tout domicile » et de développer une « filière gériatrique intégrée » (hôpital, EHPAD et Domicile).

Cela reprend une idée largement répandue en Métropole : proposer des offres d’EHPAD à Domicile (appelée également EHPAD Hors Les Murs). L’objectif est simple : s’appuyer sur l’implantation locale de ces établissements pour en faire des lieux de vie ponctuels, en fonction de l’état de santé de la personne, tout en permettant un maintien à domicile la plupart du temps. Cela permet d’imaginer des interventions régulières des professionnels de santé de ces EHPAD à domicile et d’organiser des activités en établissement (déjeuner, sportives, culturelles) pour en améliorer l’image (et faciliter son acceptation dans le futur).

Cet article s’appuie notamment sur le travail remarquable d’Alogia dans l’étude « La Martinique face à une transition démographique sans précédent » *

*à lire dans son intégralité ici

* Source nouvelobs.com

** Source fehap.fr

*** Source francetvinfo.fr

**** Source cettefamille.com

4.000.000
Selon l'INSEE (2019), en 2050, la France pourrait compter 4 millions de personnes de plus de 60 ans en perte d’autonomie.
Notre engagement avec Silver Alliance : le bien vieillir à domicile
Nous nous engageons pour améliorer votre qualité de vie à domicile, au-delà de nos services de téléassistance. C'est pourquoi nous avons rejoint Silver Alliance, un collectif d'entreprises au service des seniors qui référence les meilleures solutions pour vous permettre de vivre chez vous le plus longtemps possible.

Découvrez les solutions sélectionnées par Silver Alliance et recommandées par Bluelinea dans Le guide pour bien vivre et bien vieillir chez soi ou sur www.silveralliance.com
En savoir +
Suivez-nous par newsletter
Inscrivez-vous pour suivre l'actualité de Bluelinea

Formulaire de contact

Des questions ?

Appelez-nous tous les jours de 8 à 22h

0800 94 11 10 Service & appel gratuits tous les jours de 8 à 22h
Vous souhaitez être rappelés ?